"Un recrutement à deux vitesses dans la FPT"

Après la lettre de Marylise Lebranchu refusant de réouvrir l’accès à la spécialité Urbanisme du concours d’ingénieur territorial, le Collectif National des Jeunes Urbanistes (CNJU) a examiné en détail les conditions d’accès aux collectivités territoriales et à leurs groupements, par le biais du concours d’attaché territorial (spécialité urbanisme).

L’analyse statistique des données des centres de gestion (qui organisent les deux concours) est sans appel.

Dans le cadre du concours d’attaché territorial spécialité urbanisme, le nombre de postes ouverts est bien inférieur (102 contre 255 ingénieurs territoriaux spé urba), alors qu’il y a deux fois plus de candidats (2 231 candidats autorisés à concourir contre 1 091 pour le concours d’ingénieur territorial).

Par ailleurs, le nombre de postes ouverts (102 sur toute la France) interroge, quand on considère le nombre de jeunes diplômés qui intègrent annuellement les collectivités locales.
Ils sont en effet 340 (contractuels ou titulaires) chaque année.

En l’état, le concours d’attaché territorial n’apparaît pas comme une solution suffisante pour l’accueil des urbanistes dans les collectivités.

>> L’accès à la note détaillée et les tableaux statistiques sur le site du CNJU

Derniers articles